Samhain : respect des ancêtres

Mis à jour : 30 oct. 2018


jack-o'-lantern

© Cécile HAVERLANT - 29/10/2018 - Tous droits réservés


Samhain, Nouvel An Celte - 31 octobre


Egalement appelé : Samonios, Samhuinn, Nuit des Ancêtres, Festival des Morts, Veille de Novembre, Calangaef...


Symboles : la mort, la pomme, les cucurbitacées, l'obscurité

Saison : Porte d'entrée dans l'Hiver

Couleurs : noir, orange, rouge

Encens : Oliban, palo santo, pomme, cyprès, sauge blanche

Poudre : Bryone, giroflier

Plante : If, Mandragore, clou de girofle, sauge

Pratiques : Rituels de délestage, divination et magie, transformation de vie.

Divinités : Cerridwen, la Vieille Noire, (Dana, Succelos, Dagda) Dagda (Eochaid Ollathair) était le dieu irlandais de la fertilité, de la terre et l'abondance mais aussi des traités et le seigneur qui régnait sur la vie et la mort.


Origine et histoire :

L'origine de Samhain est à chercher vers le 5e siècle avant J.C., lorsqu'il s'agissait encore d'une fête celtique, célébrée en Irlande.

Elle indiquait la fin officielle de l'été et, déjà à cette époque, le nouvel an.

Symboliquement, c'était également le moment de fêter la fin de la 3ème et dernière récolte de l'année et de préparer ses provisions pour l'Hiver qui approche.

Le nom de Samhain signifie « réunion », c’est une fête obligatoire de toute la société celtique qui donne lieu à des rites druidiques, des assemblées, des beuveries et des banquets rituels ; son caractère religieux la place sous l’autorité de la classe sacerdotale des druides et la présidence du roi, toute absence est punie de mort.

Il faut souligner que, selon l’idéologie tripartite des indo-européens définie par Georges Dumézil, les trois classes de la société (sacerdotale, guerrière et artisanale) sont associées aux cérémonies. Cette assemblée religieuse et sociale a progressivement disparue avec la christianisation, mais reste attestée jusqu'au XIIe siècle dans la littérature médiévale irlandaise.

Dans la mythologie celtique irlandaise, Samhain est la fête religieuse qui célèbre le début de la saison « sombre » de l’année celtique (pour les Celtes, l’année était composée de deux saisons : une saison sombre et une saison claire).

Toutefois, le côté "fête des morts" existait déjà à l'époque, puisque les Celtes croyaient que, dans la nuit de Samhain, les esprits des morts revenaient dans le monde des vivants pour les posséder, ainsi ils auraient à nouveau accès au monde matériel.

Bien qu'avec l'arrivée des Romains, de nombreuses coutumes celtes aient disparu, celle de Samhain a pourtant perduré.

En effet, Samhain fait partie des fêtes reprises par les Romains, même s'ils y ont apporté quelques modifications (abolition des sacrifices humains lors des rituels, ou après la nuit de Samhain, quand les Druides pensaient que quelqu'un était possédé par un mauvais esprit.).

Samhain poursuivit ainsi son chemin jusqu'au 4ème siècle environ, date à laquelle le catholicisme envahit l'Irlande, avec la ferme intention d’éradiquer les rites païens de ces terres.

Finalement, Samhain dura encore, même si l’Église y a elle aussi apporté quelques modifications.

La christianisation des peuples celtes signa l’arrêt de mort temporaire de cette fête déclarée païenne en l’an 610 par le Pape Boniface IV. En l’an 835 Grégoire IV créa la Toussaint et Odilon de Cluny fixera en 1048 la date du 1er novembre pour cette fête.

Samonios, était si présent dans les esprits que l’Église n'a pu le détourner, à tel point que la fête des Saints, reste toujours la fête des morts dans l'esprit des vivants de nos jours.

La fête que nous célébrons de nos jours est donc un dérivé de toutes ces évolutions, mêlée d'influences romaines, médiévales, celtiques et bien évidemment modernes.


Croyances & traditions :

C’est une fête de transition - le passage d’une année à l'autre - et d’ouverture vers l’Autre Monde, celui des dieux.

Lors de Samhain, le monde des vivants et celui des morts n'étaient plus séparés, et cette sorte d'entre deux permettait aux esprits de se mêler aux vivants.

Les festivités commençaient au crépuscule où on allumait des grands feux sur les collines, entre le jour et la nuit.

Dans les croyances populaires c'est lors de la nuit de Samhain que les pouvoirs des sorcières et du Diable étaient à leur apogée.

Ainsi, pour éviter de se faire posséder ou d'attirer les mauvais esprits, ils avaient pour coutume d'éteindre le feu dans leur cheminée.

Les Druides, au contraire, allumaient un grand feu entouré par un cercle symbolisant le soleil afin de chasser les mauvais esprits et de redonner de l'énergie au soleil mourant. C'est d'ailleurs à partir de ce feu que les villageois ravivaient leurs foyers le lendemain matin.

A Samhain c'est le moment de faire une introspection et de faire un retour sur soi pour se débarrasser de ses faiblesses et mauvaises habitudes.

Dans les anciennes traditions, les villageois tuaient les animaux qui étaient trop faibles pour passer l'hiver et inscrivaient sur un morceau de papier leurs faiblesses afin de les brûler et ainsi de les faire disparaître.

Petite anecdote : Jusqu'au XVe siècle, les gens croyaient que des milliers de sorcières et de sorciers parcouraient l'Europe durant cette nuit.

Elles s'enduisaient d'un onguent magique qui leur donnait le pouvoir de s'envoler sur leur balai pour rejoindre leur sauterie, à l'invitation du Diable en personne.

Pendant ce temps, leurs enfants gardaient les troupeaux de crapauds dans les champs.


Anecdotes Celtes :


Les Celtes, qui avaient éteint le feu dans l'âtre de leurs foyers, se rassemblaient en cercle autour des druides.

Ceux-ci étouffaient solennellement le feu sacré de l'autel, puis frottaient des branches sèches du chêne sacré pour enflammer un nouveau feu afin d’honorer le dieu du soleil et d’effrayer les esprits diaboliques.

Le druide énonçait ses prédictions pour l'année à venir et remettait à chaque chef de famille une braise destinée à allumer, dans l'âtre familial, un nouveau feu qui devait brûler jusqu'à l'automne suivant. Ce feu sacré était censé protéger le foyer du danger tout au long de l'année.

Les chrétiens ont reporté au samedi saint cette cérémonie druidique de l'extinction et de la rénovation générale du feu : chaque année, pendant la veillée pascale, le prêtre allume et bénit le cierge pascal.

Pendant la soirée et nuit de Samhain, la chère était bonne : sanglier et porc.

Cependant, certains peuples interdisaient la consommation du sanglier dont la viande était réservée aux dieux.

La bière et le vin coulaient à flot.

Au cours de ces beuveries rituelles et obligatoires, hydromel et cervoise (bière d’orge à peine fermenté) étaient associés afin de procurer une ivresse plus rapide.

La fête durait en fait une semaine pleine, trois jours avant et trois jours après, et, pour être certains d'effrayer les esprits, les Celtes se grimaient et portaient des costumes effrayants.


Chaudron : passage dans l'autre monde

C’est lors de la Samhain que le roi déchu était noyé dans un chaudron sacrificiel rempli de vin ou de bière, tandis qu’on incendiait son palais.

Pour les Celtes, pendant la nuit du Samhain, la frontière entre le monde des vivants et celui des morts n'existait plus.

L'esprit des morts était alors libre de revenir sur Terre, pour rendre aux vivants des visites pas toujours amicales.

Les Celtes croyaient que les âmes des morts prenaient forme animale et revenaient hanter les vivants.

Une des croyances associées à cette fête était de laisser de la nourriture aux portes des villages et de l'offrir aux fantômes afin de les dissuader d'investir votre maison ou de saccager vos récoltes.

Mais une cohorte d’esprits mauvais les accompagnait.

Se déguiser d'une façon effrayante (avec des peaux de bêtes) était le moyen de passer auprès des revenants pour l'un des leurs.

Quand les Celtes devaient sortir, le soir, ils portaient des navets dans lesquels ils avaient découpé un visage terrifiant et placé une chandelle.


Rituels :

C'est une soirée et nuit de festivités.

Les celtes avaient pour traditions de laisser des plateaux remplis de fruits et autres condiments de saison à l'extérieur des maisons pour honorer les ancêtres.

De plus, afin que ces derniers puissent retrouver leur chemin, des chandelles étaient placées un peu partout sur les routes et autour des demeures. Ils utilisaient des citrouilles (légumes de saison) pour fabriquer ces dernières et protéger les lumières du vent et de la pluie.

Voilà l'origine du symbole actuel.


chandelles

Peu avant minuit la coutume veut que l'on allume une chandelle (elle peut être allumée dans le chaudron) et qu'on la laisse s'éteindre.

Elle représente la lumière intérieure de la maison.

Ensuite, c'est le temps de la fête.

C'est avant minuit que l'on dit adieu à l'année qui s'achève, et que l'on se souvient de nos disparus.

Lorsqu'il sera minuit, il est de coutume d'allumer une multitude de chandelles ou ravivez le feu dans la cheminée.

C'est aussi de moment de brûler des petits papiers sur lesquels vous aurez préalablement noté les petites manies et habitudes dont vous souhaitez vous débarrasser.

Puis, après minuit, le passé laisse place à la fête et à la bonne humeur, pour célébrer la nouvelle année qui commence.

Sachez également que jusqu'à minuit, c'est une période extrêmement favorable pour la divination et la communication avec l'autre monde (au travers du spiritisme par exemple).


Le repas :

L'un des plats servis au dîner en Irlande à Halloween est appelé « Calcannon ».


Calcannon

A ce plat de purée de pommes de terre, de panais et oignons frits, étaient mélangés une bague, un dé, une poupée en porcelaine et une pièce.

Celui qui trouvait la bague pouvait se marier dans l'année, celui qui trouvait la poupée en porcelaine aurait un enfant, celui qui trouvait le dé ne se marierait jamais, et celui qui aurait la chance de trouver la pièce serait riche.



Histoire d'Irlande :

D’après le Livre des Invasions de l’Irlande (Lebor Gabâla Erenn), écrit par des moines au IIIe siècle, qui raconte la préhistoire mythique de l'Irlande, six races d'envahisseurs se succédèrent dont la dernière est celle des Celtes de l'histoire (les Gaëls) nommés Fils de Milid ou de Mile (dieu de la guerre, génie du combat).

Ces colons successifs furent tous aux prises avec les Fomôiré « forces des ténèbres », cyclopes autochtones, vivant sous terre et en particulier dans les nécropoles.

A la bataille de Mag Tured (ou Moytura) l'ogre Balor, roi des Fomôiré, eut son unique œil crevé par une pierre lancée à la fronde par le dieu Lug.

Ainsi l'Irlande fut colonisée d'abord par diverses tribus d'êtres surnaturels, seule la dernière, les Fils de Mile, était celle des hommes.

Quant aux tribus surnaturelles, elles semblaient égales en droits et en dignités avec les tribus humaines. Ces êtres étaient dits immortels car ils ne vieillissaient pas, mais ils pouvaient être tués au combat.

C'est à Samhain que le dieu Dagda s'unit à la déesse Morrigu, reine des spectres et des enfers, laquelle, un an avant la bataille de Mag Tured, lui avait donné les indications pour détruire les Fomôiré.

Les envahisseurs de la 6ème race, les fils de Mile, débarquèrent dans le Sud-ouest de l’Irlande le premier mai, jour de la fête de Beltaine et luttèrent contre les dieux (Dagda, Lug et les autres Tuatha Dé Danann - Tribus de Dana - du nom de la déesse-mère appelée également Ana ou Anann) et remportèrent la victoire finale à Tara.

Le poète Amairgen fit un partage égal entre les 2 camps : les dieux reçurent tout le sous-sol (plus particulièrement les collines et le royaume des fées), les hommes la surface de la terre.

Lors de Samain, des nouveaux-nés étaient sacrifiés à l'idole Crom Ruach ou Crom Cruaich, sans doute pour apaiser les puissances du monde inférieur et contribuer à la fertilité.


Légende de Jack :

La citrouille sculptée est appelée Jack O'Lantern en souvenir de Jack, un légendaire irlandais.


Jack-o'-lantern

Jack, particulièrement avare et porté sur la bouteille, rencontra une nuit le Diable dans un pub irlandais.

Peu prompt à vendre son âme au Diable, Jack se moquait de lui régulièrement au cours de leurs rencontres, ce qui lui interdit, au jour de sa mort, d’aller en Enfer. Et son avarice l’empêcha de monter au Paradis.

Plongé dans le noir, Jack réussit à obtenir du Diable, pour éclairer sa route, un peu de charbon ardent qu’il plaça dans un gros navet évidé. Le voici donc condamné à errer dans les rues, une lanterne à la main, jusqu’au jugement dernier.

On dispose les Jack O'Lantern à l'entrée des maisons pour éloigner les mauvais esprits le soir de Halloween.

Au début du XXe siècle, surtout dans les campagnes, les enfants de France creusaient encore betteraves, citrouilles et navets pour jouer aux fantômes, en ignorant qu’ils fêtaient Samonios.


Tradition druidique :

En cette nuit du 31 octobre au 1er novembre commençait Samhain.

Au cours de cette première nuit de la nouvelle année on exécutait tout un cérémonial rigoureux afin de s'assurer d'une bonne année à venir.

Le Druide ouvre la porte de l'ouest, bannissant les limites entre les mondes des vivants et des morts. Il s'agit de rencontrer les Ancêtres, de s'ouvrir à leur mémoire, à leur sagesse à leur amour et de leur dire combien nous les honorons, les respectons les aimons. Il leur faisait des offrandes qui étaient jetées dans le feu ou ils déposaient des fruits, des fleurs sur l’autel...

Le soir, les Gaulois avaient éteint le feu dans l'âtre de leurs foyers, ensuite, au cours de la nuit ils se rassemblaient en cercle et les druides étouffaient solennellement le feu sacré de l'autel, puis frottaient des branches sèches du chêne sacré jusqu'à enflammer un nouveau feu pour honorer le dieu du soleil, et effrayer les esprits diaboliques.

Chaque chef de famille recevait de la braise rouge recueillie dans ce feu pour en allumer un nouveau dans son âtre, feu qui devait brûler jusqu'à l'automne suivant.

Ce feu sacré devait protéger du danger le foyer tout au long de l'année.

Ce moment est celui où les récoltes ayant été faites, la grande nuit de l'hiver va couver le projet d'un nouveau cycle.

C'est le premier jour de l'hiver et le moment ou la Déesse va être fécondée.

Le ventre de la Terre prépare dans l'obscurité de sa rondeur le futur jour.

Enfin, après les festivités, la porte doit être soigneusement refermée, chacun doit rentrer chez soi, les morts chez les morts, les vivants chez les vivants.


A faire lors de la Samhain :

Le nom de Samain signifie « réunion », c’est une fête obligatoire de toute la société celtique qui donne lieu à des rites druidiques, des assemblées, des beuveries et des banquets rituels ; son caractère religieux la place sous l’autorité de la classe sacerdotale des druides et la présidence du roi, toute absence est punie de mort.


Le mois d'Octobre est celui où vous êtes confronté à toute sorte de difficulté qui vont être imposées à vous afin de vous faire avancer.

Samhain est le moment ou l'on prend acte de nos épreuves et apprentissage, le moment où l'on meurt pour renaître.

Autrement dit c'est à Samhain que l'on se transforme.

Il faut savoir aussi que c'est de Samhain à Yule que se passe une période de « macération », là où nous devons passer entièrement en introspection et commencer à mettre nos plans en place pour la nouvelle année.

Cette dernière sera vraiment effective dès le 21 Décembre qui sera la renaissance de soleil et donc la renaissance de notre propre personne.


Rituel de la cordelette en coton :

Prenez une cordelette de 10 à 15 cm en coton ou matière naturelle.

Vous allez faire 3 nœuds simples avec cette dernière. Chaque nœud possède une symbolique :

- Le premier est une mauvaise manie ou attitude dont vous voulez vous débarrasser.

- Le deuxième, une relation avec une personne qui vous est néfaste et dont vous devez mettre un terme, même si cette relation est passée mais qu'elle s'accroche en vous tel un spectre qui continue à errer dans votre esprit.

- Le troisième est une situation de vie qui ne se débloque pas, ou encore qui vous est récurrente.

Une fois les trois nœuds effectué, allez enterrer cette dernière vers minuit.

La laisser et l'oublier. Ces trois nœuds devraient au cours de la nouvelle année disparaître de votre vie.


Le parchemin à vœux :


parchemin végétal

Sur un autel comprenant une bougie noire, de l'eau, un quartz, de l'encens (sauge, pomme, cyprès...), un chaudron et un athamé, ouvrez les portes (cercles) dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

C'est uniquement à la Samhain que ce sens est demandé.

Une fois effectué, munissez vous d'un morceau de parchemin végétal et d'une cordelette en matière naturelle.

Sur ce parchemin, écrivez vos souhaits et vœux pour la nouvelle année.

Attention soyez précis et clair !

Une fois le parchemin fait, roulez le et fermez le avec la cordelette par trois nœuds (idem que les 3 questions ci dessus).

Concentrez vous sur vos objectifs, puis une fois que vous les avez visualisé, brûlez le parchemin dans le chaudron.

Cela permet à vos demandes de passer dans l'autre monde et d'être lu par ceux qui y vivent.

Dans l'année qui va s'écouler, vos vœux ne vont pas obligatoirement se réaliser comme par magie, mais vous allez avoir face à vous des indications, ou « armes » nécessaires pour y arriver.


Les divinations :

Divination de la pomme.

Le soir de la Samhain, alors que tout le monde s'amuse, prenez une bassine d'eau avec des pommes à l'intérieur.


coupe de pomme

Bandez les yeux des participants à ce jeux.

Chacun doit, l'un après l'autre, attraper une pomme avec les dents, sans utiliser les mains.

Une fois cette dernière en possession gardez là.

Il faut pour faire cette divination une pièce à l'écart, calme, éclairée par une bougie noire et avec un grand miroir.

Placez vous dos au miroir, posez la question dont vous voulez une réponse, coupez votre pomme en 9 morceaux, mangez 8 morceaux de pomme puis jetez le 9ème morceau par dessus de votre épaule gauche et suivez le du regard.

Soyez attentif aux traces laissées sur le miroir ainsi qu'à tout ce que vous pouvez apercevoir sur ce dernier car vous aurez la réponse en face des yeux.


Pour information : pourquoi la pomme ? D'où cela nous vient-il ?

Avec la conquête romaine, le Samain se combina naturellement aux célébrations romaines du dernier jour d’octobre en l'honneur de Pomona (déesse des vergers et des fruits) qu’on remerciait pour sa prodigalité (on se régalait des dernières pommes et poires).

Le culte rendu à Pomone, nymphe étrusque des fruits et des fleurs, annexée par la religion romaine, avait pour but de rendre les terres fécondes.

Pomone, dont le nom est tiré du terme pomum (fruit, pomme), est représentée assise sur un grand panier de fleurs et de fruits. Elle tient des pommes et un rameau. Elle est couronnée de pampres et de raisins, tandis qu'elle verse les fruits d'une corne d'abondance.

La déesse, jusqu’à la fin des temps, assurera la fructification des plantes et des arbres pour le plus grand bien des hommes.

Cette fête romaine des cueillettes (ou des récoltes) survit dans les jeux coutumiers anglo-saxons utilisant des pommes (fruit merveilleux pour les peuples antiques).


Divination de carte en roue astrologique :

Prenez votre jeu de carte, tarot ou oracle.

Battez et coupez les en demandant ce qui va vous arriver pour cette nouvelle année.

Tirez ensuite 12 cartes et placez les comme sur l'illustration :


Exemple de disposition de la roue astrologique

Vous pouvez pour plus de précision recouvrir une fois les 12 cartes, vous aurez donc 24 cartes face à vous.

Ensuite, voici les domaines par maison :

  • La maison I : elle représente le consultant, son état d’esprit, ses possibilités, ses intentions, son attitude au moment de la consultation.

  • La maison II : elle représente les acquisitions, la situation financière, le travail rémunérateur.

  • La maison III : elle représente l’entourage proche, les familiers, mais aussi les nouvelles, les petits déplacements, le mental.

  • La maison IV : elle représente le foyer, la maison, la famille, le patrimoine, l’hérédité, le père.

  • La maison V : elle représente la vie sentimentale, les enfants, les amours, les loisirs, la création et les œuvres.

  • La maison VI : elle représente le travail, l’emploi, la santé.

  • La maison VII : elle représente la vie extérieure, les relations, les autres, les rencontres, les associations, le mariage.

  • La maison VIII : elle représente les changements, les transformations profondes, les profits et même la sexualité ou la mort.

  • La maison IX : elle représente les voyages, les hautes études, les concours, l’administration, la loi, la vie spirituelle.

  • La maison X : elle représente la situation sociale, les ambitions, l’idéal, le destin, la réussite, la mère.

  • La maison XI : elle représente les relations, les appuis, les amis, les projets, les espérances.

  • La maison XII : elle représente les épreuves, les luttes, les choses secrètes et cachées, la vie intérieure.

Vous aurez réponse pour votre année.


Divination runique :

Futhark

Pour se faire munissez vous d'un Futhark.

Allez face à votre autel ou en pleine nature, éclairer d'une bougie noire.

Prenez tout votre jeux et demandez ce qui va vous arriver en cette nouvelle année.

Jetez vos runes en l'air et laissez les tomber.

Analyser de haut en bas en premier le runes visible. Ce seront les événements qui vous arriveront avec certitude.

Analysez ensuite les runes face contre sol. Ce seront les événements qui arriveront si vous vous écartez de votre chemin ou que vous refusez une épreuve.

Vous aurez aussi des indication dans les runes cachées sur les armes à employer pour vous aider.


Joyeux Samhain à tous ! Awen


Source : "Vivre la Tradition Celtique au fil des saisons" par Mara Freeman :

Mentions légales

SARL ELDAR LILLE

au capital social de 2000€

Siret : 45406637400033

immatriculée en 2004

Newsletter

www.auboisdeseldars.com est hébergé par Wix.com

Wix LTD : SA

Boîte postale n°40190, San Francisco, CA 94140, ETATS-UNIS

© 2018 by ​Au Bois des Eldars created with Wix.com